Les troubles du sommeil, conséquence de plusieurs facteurs


Lors des cinquante dernières années, nous avons perdu 1h30 de sommeil par jour.

Les spécialistes estiment que nous devrions dormir 7H30 en moyenne. La qualité du sommeil est à prendre en compte également. Chacun dispose de ses données personnelles.


Un tiers de la population mondiale souffre de troubles du sommeil, ou d’une mauvaise qualité de sommeil.


Les cycles du sommeil se succèdent durant la nuit. Les phases de sommeil sont ainsi nommées par les experts : léger, lent et profond, et paradoxal.

En Europe, à Bruxelles, le professeur Guy Cheron étudie le sommeil et la récupération depuis de nombreuses années. (au centre sur un Waff Max Elite)


Lui-même et ses homologues à travers le monde progressent dans l' analyse des données et mesurent avec plus de pertinence l’impact du sommeil lié et du sommeil lent, mais aussi l’apport du sommeil paradoxal et du sommeil léger sur la santé.

Leur conclusion est sans appel, une bonne qualité de sommeil est primordiale pour l’équilibre de l’individu et sa bonne santé en dépend en majeure partie.


Toutes les générations sont affectées par le manque de sommeil ou des réveils nocturnes. Les causes sont multiples et désormais bien connues de la plupart de ceux qui souffrent des troubles multiples du sommeil.

L’usage des smartphones avant l’endormissement, les temps de notre modernité et leurs cortèges de complexité, le manque d’activité physique, sans compter les nombreuses pathologies qui entraînent le manque de sommeil ou une trop faible récupération.


Mieux dormir, faire une nuit complète, comment s’y prendre.


L’heure du coucher est importante, mais aussi sa régularité.


Il faut réussir à se régler, mais comment faire ?

Il faut s’imposer une routine avant de s’endormir, pour passer une nuit réparatrice. A l’évidence éviter tous types d'excitants, café, thé, tabac, alcool, drogue.

Il existe des techniques, des remèdes, des médicaments pour le traitement des troubles du sommeil et les réveils nocturnes. L’offre de la médecine du sommeil est importante, et chacun doit essayer de trouver la solution qui lui convient. Les promesses de résultats sont nombreuses mais ne marchent pas toujours.


Sur ce sujet une solution nouvelle fait également ses preuves, elle est issue de travaux pour la récupération des sportifs professionnels. Au-delà du cercle des athlètes, cette solution profite également à des personnes souffrant d’insomnie, des adolescents complètement décalés, des personnes angoissées, des personnes en souffrance. Toutes les tranches d’âge sont concernées. Dr Laurent Schmitt


 

Nicolas L, 34 ans, commercial, hyper stressé, amputait son énergie vitale par un déficit de sommeil permanent avec un impact néfaste sur son rythme circadien. Il a découvert le Waff Max chez un de ses clients et l’a adopté pour s’imposer des nuits réparatrices dès qu’il en ressent la nécessité.


​Michele B, 64 ans, cadre retraitée du secteur pharmaceutique, ne parvenait plus à dormir à la suite de la disparition de son époux. Elle a essayé beaucoup de choses sans grand résultat pour apaiser ses nuits. Elle est parvenue rapidement à recouvrir une bonne qualité de sommeil par l’utilisation du Waff Max. Cela n’a pas éliminé sa peine, mais elle est beaucoup moins fatiguée.


​Evan F, 29 ans, athlète professionnel, n’arrivait pas à caler son sommeil à cause des déplacements permanents pour son championnat en ligue américaine. Les trajets en avion et les longues distances, plus le décalage horaire fabriquaient son épuisement. A réussi à se reprogrammer une qualité de sommeil avec le Waff Max.


Lola P, 16 ans, collégienne, reculait l’heure de son endormissement depuis de nombreux mois et n’était plus vraiment en état de suivre sa scolarité. Son manque de concentration lui portait préjudice, elle a réussi à reprendre une heure acceptable pour s’endormir à la plus grande satisfaction de ses parents.

​​Philippe A, 57 ans chef d’entreprise du secteur technologique, souffrait d’insomnie chronique depuis quelques années avant de découvrir le Waff Max. Il a enfin trouvé le support qui lui a permis de se débarrasser de ce trouble récurrent.


​​Christine R, 46 ans, professeur d’histoire au lycée n’arrivait plus à faire au moins une nuit complète par semaine. Adopte le Waff Max périodiquement et dort désormais comme un bébé.



Pour avertissement, lors des échanges avec les utilisateurs, nous vous informons que nous ne disposons pas de résultats significatifs pour les personnes atteintes par l’apnées du sommeil.

 


7 jours pour retrouver un sommeil profond et réparateur.


Une séance de 20 minutes chaque soir, durant 7 jours après la douche par exemple et juste avant de vous coucher, vous permettra de réinstaller un sommeil profond réparateur.

La promesse de changer vos nuits est tenue. D’ailleurs à peine aurez vous fini la première séance, que votre corps vous imposera le désir de sommeil.


Allongé sur le dos, confortablement installé, nous vous recommandons de vous munir d’un plaid, car votre corps va chuter en température. C’est normal c’est une des conséquences de la relaxation. Pensez à vous installer les pieds décollés du sol. Le Waff Max est adapté aux personnes mesurant jusqu’à 1.97 mètre.


Dès les premières secondes, votre corps envoie au cerveau le signal de l’abandon des défenses posturales. Cela a pour effet de vous décontracter, vous passez alors en respiration ventrale instinctivement. La respiration ventrale est une technique parfois longue à acquérir, certains parmi vous le savent.


Grâce à l’ergonomie du Waff Max vous accédez spontanément à cet état. Le relâchement musculaire progresse minute après minute, votre respiration et vos petits mouvements imperceptibles trouvent écho dans la structure du coussin ergonomique. Cela entretient l’apport de l’effet kinesthésique qui vous accompagne et vous berce. Cette sensation rassurante contribue à votre relâchement, ce fameux lâcher prise.


Les tensions musculaires fondent les unes après les autres, et un sentiment un peu régressif vous submerge. Vous revenez vers vous même et vous éprouvez l’impression d’être dans votre bulle. Vous restez conscient mais en état second, libérer de la pesanteur.


Votre système parasympathique est impacté, votre rythme cardiaque a ralenti, vous vous sentez à l’état liquide pourrait t’on dire.


Rien ne peut vous atteindre, votre sentiment de sécurité psycho corporel est total, vous venez d’entamer la dernière partie de la séance. Celle ou vous renouez avec le calme profond, ou vous découvrez une sensation interne nouvelle et bénéfique. Le lâcher prise peut durer et durer encore, laissez vous portez, écoutez votre corps.


C’est votre première séance sur le Waff Max, vous venez de découvrir ce que l’on peut ressentir, il faut maintenant décider d’en sortir. Vous êtes 20 minutes plus tard, mais la notion du temps a disparu. Prévoyez en conséquence une petite alarme sonore ou demandez à un tiers de venir vous avertir du temps écoulé, si votre temps disponible est insuffisant.


La première séance est celle de l’intégration, celle de la compréhension de ce que vous allez pouvoir éprouver avec le Waff Max. Il vous faut trouver la volonté d’en sortir pour aller, de suite vous plonger dans votre lit et commencer votre nuit réparatrice.






Pour les séances suivantes, maintenant que vous savez ce que cela a produit sur vous, vous décidez du temps que vous souhaitez consacrer.

Certains se feront surprendre, hors du temps initialement imparti. C’est ainsi que sur une durée de 7 jours, vous pourrez reprogrammer un corps apte à l’indispensable plaisir du sommeil.